Cholesterol : HDL et LDL

Cholestérol : présentation, HDL, LDL, maladies et analyses des taux du cholestérol

Le cholestérol est une substance cireuse produite par le corps et existe essentiellement dans les aliments d'origine animale. Le cholestérol se trouve dans le corps sous forme de HDL ou LDL. Les gens ont besoin de cholestérol pour garder une bonne santé, mais trop de cholestérol LDL peut entraîner des problèmes de santé. Voici un bref aperçu des causes, les symptômes et les traitements du cholestérol.

Le cholestérol, c’est quoi ?

Le cholestérol est une substance importante pour plusieurs fonctions vitales de notre organisme. Une trop grande quantité de cholestérol contribue toutefois à la formation d'une plaque au niveau des vaisseaux sanguins. Cette plaque empêche le passage adéquat du sang ce qui prédispose aux maladies cardiovasculaires telles que la crise cardiaque ou les accidents vasculaires cérébraux.

Pour normaliser vos taux de cholestérol sanguins, il est recommandé de :

  • Respecter et poursuivre le régime proposé par votre médecin et/ou votre diététiste.
  • Faire de l'activité physique régulièrement.
  • Cesser de fumer. Parlez-en à votre médecin et/ou pharmacien. Ils pourront vous aider à y parvenir.
  • Prendre votre médicament contre le cholestérol régulièrement.

Un traitement qui allie plusieurs de ces changements d'habitudes de vie, c'est une combinaison gagnante à long terme! À l'inverse, l'effet bénéfique du traitement peut diminuer si on manque d'assiduité dans l'amélioration de ces habitudes de vie.

Bon cholestérol, mauvais cholestérol

L'organisme de chacun d'entre nous renferme du cholestérol. Cette substance est une composante essentielle à plusieurs fonctions vitales, comme la production de certaines hormones (la progestérone pour les femmes et la testostérone pour les hommes), et au maintien de cellules en santé. Le foie produit approximativement 80 % du cholestérol de notre organisme. Le reste provient de la nourriture que nous ingérons. Le cholestérol circule dans le sang et les vaisseaux sanguins.

Il y a deux formes de cholestérol : le cholestérol des LDL et le cholestérol des HDL.

Lorsque le taux de cholestérol des LDL est élevé, celui-ci s'accumule sur les parois des vaisseaux sanguins, formant avec le temps une plaque qui empêche le sang de circuler normalement. Il peut en résulter une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral, d'où l'appellation « mauvais » cholestérol.

Par contre, le cholestérol des HDL aide au dégorgement des vaisseaux sanguins en faisant en sorte que l'excédent de cholestérol soit retourné au foie pour y être éliminé par l'organisme. C'est pourquoi on appelle communément le cholestérol des HDL le « bon » cholestérol.

Les études scientifiques les plus récentes indiquent qu'il est important non seulement de réduire notre taux de « mauvais » cholestérol (LDL), mais également de maintenir un taux élevé de « bon » cholestérol (HDL). C'est le maintien de l'équilibre entre ces deux types de cholestérol qui peut nous aider à nous protéger de façon optimale contre les maladies cardiovasculaires.

Cholestérol et risque de maladies cardiovasculaires

Le cholestérol, qu'il s'agisse d'un faible taux de bon cholestérol (HDL) ou d'un taux élevé de mauvais cholestérol (LDL) joue un rôle important dans l'apparition de maladies cardiovasculaires.

En plus des taux de cholestérol anormaux, il est aussi important de tenir compte d'autres facteurs de risque lorsqu'on évalue le risque global de maladies cardiovasculaires.

En toutes circonstances, votre médecin est la personne la mieux placée pour répondre à vos questions concernant votre état de santé. Pour toute question sur votre santé, vos taux de cholestérol et votre traitement, veuillez consulter votre médecin.

Outre les taux de cholestérol anormaux, d'autres facteurs de risque peuvent mener à une maladie cardiovasculaire.

Les facteurs de risque sont des conditions qui augmentent la probabilité de voir apparaître des problèmes cardiaques.

Plus vous présentez de facteurs de risque, plus grand est le risque que survienne une maladie cardiovasculaire.

Il y a deux sortes de facteurs de risque de maladies cardiovasculaires : ceux que nous pouvons modifier (facteurs de risque modifiables) et ceux que nous ne pouvons pas modifier (facteurs de risque non modifiables).

Facteurs de risque modifiables :

  • Tabagisme
  • Faible taux de HDL (bon cholestérol)
  • Taux élevé de LDL (mauvais cholestérol)
  • Hypertension artérielle
  • Diabète
  • Obésité

Facteurs de risque non modifiables

  • Vieillissement
  • Sexe
  • Hérédité
  • Race

Analyse sanguine pour déterminer vos taux de cholestérol

Lorsqu'un médecin demande une analyse sanguine pour déterminer vos taux de cholestérol, les résultats que lui envoie le laboratoire sont exprimés en « mmol/L ». Le résultat indique donc la quantité de molécules de cholestérol par litre de sang.

L'évaluation de votre cholestérolémie (taux de cholestérol sanguin) prescrite par votre médecin permet d'analyser plusieurs paramètres lipidiques différents :

  • le taux de cholestérol total
  • le taux de cholestérol des LDL (mauvais cholestérol)
  • le taux de cholestérol des HDL (bon cholestérol)
  • le taux de triglycérides.

Que signifient alors les différents types de cholestérol mesurés par cette analyse sanguine?

Taux de cholestérol des LDL (mauvais cholestérol):

Le cholestérol des LDL est celui qu'on appelle communément « mauvais » cholestérol. Les LDL transportent la majeure partie du cholestérol du sang vers les tissus. Un taux élevé de cholestérol des LDL peut entraîner la formation de dépôts nuisibles appelés plaques, qui peuvent obstruer les vaisseaux sanguins et empêcher le sang de circuler librement. Cet état est connu sous le nom d'athérosclérose. On a établi qu'un taux élevé de cholestérol des LDL est associé à un risque accru de crise cardiaque. C'est pourquoi le cholestérol des LDL est souvent appelé « mauvais » cholestérol.

Taux de cholestérol des HDL (bon cholestérol):

Le cholestérol des HDL est appelé « bon » cholestérol. Ce type de cholestérol ne forme pas de dépôt graisseux sur les parois des artères. Il semble plutôt transporter le cholestérol loin des artères et vers le foie, où il sera détruit ou recyclé par l'organisme. Il a été démontré qu'un faible taux de cholestérol des HDL est associé à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires, même si votre taux de cholestérol total se situe à une valeur souhaitable.

Taux de triglycérides :

Les triglycérides sont le type de graisses le plus souvent retrouvées dans l'organisme. ILs proviennent des matières grasses que renferme la nourriture que nous mangeons. Le foie produit aussi des triglycérides en transformant l'excès de sucre, de protéines et de graisses de notre régime alimentaire en cette matière grasse. Un taux de triglycérides élevé dans le sang (appelé hypertriglycéridémie) est souvent associé à l'obésité, à un faible taux de cholestérol des HDL (le bon cholestérol) et au diabète.

Obésité abdominale et cholestérol : facteurs de risques des maladies cardio-vasculaires

De nombreuses études épidémiologiques ont confirmé la notion qu'une accumulation importante de graisse abdominale, « obésité de type masculin », constitue un facteur de risque majeur associé au diabète, aux maladies cardiaques et à la mortalité.

L'obésité abdominale est associée à des anomalies métaboliques comme, par exemple, des taux anormaux de cholestérol et de triglycérides, un dysfonctionnement du métabolisme du glucose et de l'insuline, une augmentation de la pression artérielle et la présence de facteurs impliqués dans l'inflammation.

Les patients présentant de l'obésité abdominale sont caractérisés par un taux élevé de triglycérides et un taux trop faible de cholestérol HDL (le bon cholestérol). Ces altérations signalent une augmentation importante du risque de maladie cardiaque athérosclérotique (MCA). Les anomalies qui caractérisent l'obésité abdominale sont donc associées à une augmentation spectaculaire du risque de la MCA.

La diminution de la quantité de graisse abdominale doit constituer un objectif thérapeutique de première importance dans la prise en charge du patient obèse à risque. En effet, une perte de poids relativement modeste (5 à 10%) chez le patient avec obésité modérée exerce des effets bénéfiques sur la majorité des facteurs de risque de MCA et de diabète de type 2. On observe une amélioration du profil lipidique, des indices de sensibilité à l'insuline, de l'hypertension artérielle et des variables associées au risque accru de thrombose et à l'inflammation.

La stratégie utilisée pour induire une perte de poids comprend de façon indépendante ou combinée une réduction de la densité énergétique de l'alimentation souvent trop riche en produits raffinés trop gras et sucrés, l'activité physique en endurance, la pharmacothérapie et la chirurgie bariatrique.

Il va de soi que l'alimentation saine et la pratique régulière de l'activité physique constituent la pierre angulaire d'un traitement visant à réduire le poids.